Mythologie

Etonnamment (ou pas !) l'histoire du vin est intimement liée aux fêtes rituelles ancestrales et par extension à l'histoire du théâtre !

En effet les mythologies grecque et romaine ont retenu Dionysos (ou Bacchus, c'est selon...) et son corthège, le Thiase. Son culte fût célébré sous formes de bacchanales ou orgies rituelles !

Dionysos c'est la grappe mûrie par le feu du ciel (l'éclaire tuant Sémélé) nourrie par l'eau (la vallée de Nysa).

C'est le vin aux effets opposés : joie, consolation, pour celui qui en use avec sagesse (la sagesse grecque !) ou ... source de folie, de destruction pour l'intempérant ! C'est aussi le cep que l'on taille en hiver (l'agression des Titans) jusqu'à le réduire à ce tragique moignon qui pourtant va reverdir (la résurrection).

Souffrance utile aux hommes : sans la taille, pas de vin !

View the embedded image gallery online at:
https://chateau-beaurang.com/index.php/histoire#sigProIdc42582bd2a
 

L'histoire du vin

 

Le vin existe depuis plusieurs millénaires, on a trouvé des jarres anciennes de plus de 8 000 ans av. J.-C. contenant des pépins de raisins cultivés et de résidus d'acide tartrique. On ne sait actuellement pas si ce produit était réellement du vin ou simplement du jus de raisin.

Dans l'Égypte ancienne, on sait que la viticulture était très organisée. Osiris en Égypte, Dionysos en Grèce, Bacchus chez les Romains, Gilgamesh à Babylone représentent le vin ou sa quête dans la mythologie. Le vin, tel qu'il est entendu généralement, est le produit d'un fruit, le raisin, issu essentiellement de la plante appelée vitis vinifera, qui compte de nombreuses variétés, appelées cépages en france.

Les autres vitis, du genre riparia, rupestris ou berlandieri servent à produire les porte-greffes : la partie du pied de vigne qui se trouve dans le sol. Le vin issu des ces vitis est désagréable, souvent "foxé" et sans intérêt organoleptique bien loin des vins que nous produisons maintenant en Saint Emilion.

Les premières vignes à Saint-Emilion

L'apparition de la vigne dans la région bordelaise remonte à l'an 50. C'est une peuplade Celtes appelée " Bituriges Vivisque " qui planta leur propre vigne avec le " Biturica " cépage ancêtre des cépages cabernet.

C'est grâce aux romains que la consommation du vin augmente et dés la fin du 1er siècle, Bordeaux devient la capitale de l'Aquitaine.

Mais les différentes invasions ( Vandales, Suèves et Wisigoths ) ne favorisent pas le développement de la vigne, c'est grâce à la religion que le vin doit son salut. Il est indispensable pour dire la messe, et passe donc sous contrôle religieux ( le vin est un symbole). Mais l'effondrement de l'empire Romain entraîne un certain déclin du commerce du vin et pendant huit siècles, Bordeaux va tourner au ralenti.

En 1152, le mariage d'Aliénor d'Aquitaine avec Henri Plantagenet , futur roi d'Angleterre, va naturellement favoriser l'essor du commerce des vins de Bordeaux. A cette époque, les anglais exportent des denrées alimentaires, du textile et des métaux et importent des vins de Bordeaux qu'ils appellent " Claret " en raison sa couleur claire.
En 1453, les français battent les anglais à la bataille de Castillon, la gironde quitte la domination des anglais. Les exportations vers l'Angleterre continuent mais apparaissent de nouveaux marchands tel que les Hollandais, les Hanséates, les bretons. Avec ces nouveaux clients, les habitudes changent, les goûts sont différents. Ils aiment les vins rouges forts et noirs ainsi que les vins blancs secs et moelleux ; C'est la naissance du Sauternes, des St Croix du Mont etc.
C'est à partir de cette époque que l'on commence à acquérir des procédés plus modernes de vinification, d'élevage et de stockage. Apparition du souffre pour l'hygiène, du collage pour la clarification, des fûts de chêne permettant une meilleure conservation et de la bouteille. Les 1ères furent en métal, puis en porcelaine et enfin en verre dés la fin du XVIIe siècle.

L'apparition de la bouteille bouchée est très importante pour les vins de Bordeaux car elle va permettre grâce à ses qualités de conservation du produit, de trouver de nouveaux marchés comme les Amériques, les Indes occidentales ou les Antilles.

Bordeaux connaît donc une extraordinaire prospérité jusqu'à la révolution.
Les guerres napoléoniennes vont provoquer la chute du commerce des vins de Bordeaux. Il faudra attendre 1860 pour que les marchés reprennent et que les vins de Bordeaux inondent l'Europe.

 
View the embedded image gallery online at:
https://chateau-beaurang.com/index.php/histoire#sigProId4244d1fd50

Mais cette date est aussi l'apparition d'une terrible maladie qui à frappé tout le vignoble bordelais " le phylloxera ". Importé des Amériques, c'est un petit parasite qui s'attaque aux racines de la plante.

Le vignoble bordelais doit son salut à la greffe d'un cépage français( le vitis-vinifera ) sur un cépage américain ( le vitis labrusca) mais il faudra attendre l'entre deux guerres pour que le vignoble se reconstitue. Cependant, la situation économique générale permet au marché des vins de Bordeaux de connaître une relative prospérité jusqu'à la fin de XIXe siecle (Classement de 1855).
Fin XIXeme, début XXeme siècle, une nouvelle crise s'empare du marché des vins de Bordeaux, celle de la chute des prix due à une surproduction et à la fraude. Les acheteurs français et étrangers n'ont plus confiance dans les vins de Bordeaux.

De ces faits, les professionnels du vin vont se prémunir en créant des organismes légiférants tel que l'I.N.A.O ( Institut National des Appellations d' Origine 1935-1936 ) qui régie les A.O.C ( Appellation d'Origine Contrôlée), représentant aujourd'hui 98% de la production bordelaise. Les conditions d'exploitation sur ces A.O.C. sont régies par des conditions précises de production : aire géographique, choix des cépages, degré alcoolique , rendement en hectolitres par hectares

La crise économique de 1929 va engendrer surproduction, baisse des prix, et va voir le développement des caves coopératives. Ces dernières assurent aux négoces girondins des vins de qualité, de 1932 à 1950, les caves coopératives fleurissent.

La fin de la seconde guerre mondiale va amener un certain malaise dans le négoce bordelais. En effet durant l'occupation, certains négociants ont continué à commercer avec les allemands très friands des vins de Bordeaux.

La gelée de 1956, va assainir le vignoble, c'est le début de la révolution œnologique et technique
.
Enfin, les " trente glorieuses " vont faire entrer les vins de Bordeaux dans une période faste où l'export vers des pays comme les Etats Unis vont se développer considérablement.